Opération “PNH’aies”

Cette opération consiste en la plantation de haies sur les 6 communes du Parc naturel. Elle est surtout destinée aux agriculteurs du Parc. Nous finançons à 100% le coût des haies mélangées avec des essences indigènes typiques de notre région. Le nombre d’essences minimum demandées par le Parc naturel pour la plantation d’une haie est de 8. Les plantations se font plus particulièrement en zone prairiale ou en zone agricole afin de favoriser la petite faune des plaines. Cette action, menée en collaboration avec le Conseil Cynégétique G.I.C. de Mons-Hauts-Pays, permet d’améliorer le maillage, le paysage, le bocage et la conservation de la nature. Nous avons collaboré et discuté avec Monsieur Bernard Colot, Président  du Conseil Cynégétique G.I.C. de Mons-Haut-Pays, des différents aménagements à élaborer afin de maintenir la faune des plaines agricoles. Nous avons pu également obtenir des noms d’agriculteurs potentiellement intéressés par ce type d’aménagement : haies, vergers, alignements d’arbres, MAE. En 2018, au total, 16 personnes (10 agriculteurs et 6 particuliers) ont participé à l’opération « PNH’aies ». Cela représente 4.520 mètres de nouvelles haies plantées au sein du Parc naturel. Pour plusieurs plantations importantes chez des agriculteurs, nous avons pu collaborer avec les écoles et structures suivantes : Institut Saint-Joseph de Saint-Ghislain avec les étudiants de 5 et 6ème TQ Environnement de l’institut Saint-Joseph à Saint-Ghislain ; Institut Saint-Pierre de Leuze en Hainaut avec les étudiants de 5ème et 6ème section « Environnement » ;La Haute Ecole Provinciale du Hainaut Condorcet (Ath) avec les étudiants en finalité « Forêt et Nature » ;Le Centre de formation du CEFOP Mons avec les étudiants des métiers “verts” ; L’asbl L’APPUI ;L’école primaire d’Elouges ; Le PCDN de Dour ;Les jeunes de la Maison de [...]

Plan de gestion : construisons l’avenir du Parc naturel des Hauts-Pays ensemble !

Les Parcs naturels ont été créés pour préserver et mettre en valeur des territoires ruraux habités à forte identité. Leurs paysages et patrimoines remarquables abritent une faune et une flore encore nombreuses et diversifiées qui méritent d'être protégées. Articulé sur les communes de Colfontaine, Dour, Frameries, Honnelles, Quévy et Quiévrain, le Parc naturel des Hauts-Pays (PNHP) assume depuis 20 ans de nombreuses missions dans de multiples domaines tels que la préservation de la nature, l’aménagement du territoire et la conservation des paysages, le développement rural, le tourisme durable, l'éducation et la sensibilisation du public, etc.  L’organisation et la mise en œuvre de ces missions incombent à l’équipe technique du Parc naturel au travers d’un plan de gestion qui oriente les actions sur son territoire durant une période de 10 ans.  Son élaboration n’est pas uniquement réalisée en interne par l’équipe et les instances. Il doit être la résultante d’une dynamique participative plaçant le citoyen au cœur du processus 4 séances d’information à destination des habitants sont prochainement prévues afin de récolter leurs réflexions, idées et visions pour construire un Parc naturel en phase avec leurs aspirations. ⌚️ Où et quand ? 1er groupe : le mercredi 8 septembre à 18h en visioconférence (via la plateforme Teams) et le lundi 13 septembre 2021 à 18h00 à la Maison d’Anna (rue de l’Egalité, 15 à 7080 Eugies) OU 2ème groupe : le samedi 11 septembre à 10h en visioconférence (via la plateforme Teams) et le samedi 18 septembre 2021 à 10h00 à la salle d’initiatives du Centre Culturel de Dour (rue du Marché, 1 à 7370 DOUR). *Attention, pour chaque groupe, la réunion en visioconférence (via la plateforme Teams) et en présentiel sont complémentaires.  Il est important de [...]

Concours photo

Participez au 6ème concours photo du Parc naturel des Hauts-Pays Vous êtes photographe professionnel, passionné ou simple amateur ?  Participez dès aujourd'hui à notre 6ème concours photo et mettez à l'honneur la beauté de notre territoire. Le thème Les photos devront avoir pour thème la flore dans les paysages du Parc naturel des Hauts-Pays.  Arbres, plantes, fleurs, haies, … le choix ne manque pas! Que ce soit en mode paysage ou en mode macro, soyez créatifs et essayez d’apporter une valeur artistique à vos photos.  N'oubliez pas, l'objectif est la mise en valeur de notre territoire! Le concours se divise en 6 catégories correspondant aux 6 communes qui le constituent, à savoir Quiévrain, Honnelles, Dour, Colfontaine, Frameries et Quévy (plus d'info sur le territoire dans le règlement).  2 photographies lauréates seront désignées par catégorie. Vos photos vues par un large public ! Le gagnant de chaque catégorie aura la chance de voir sa photo publiée dans le calendrier 2022 du Parc naturel édité à 1000 exemplaires.  De plus, les photos sélectionnées seront partagées via nos réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter) et sur notre page Flickr. Nous avons également pensé aux plus gourmands d'entre-vous en offrant un panier gourmand composé de délicieux produits locaux aux photographes lauréats. Le règlement Voici les conditions : Art. 1  Les photographies devront avoir été prises sur le territoire du Parc naturel des Hauts-Pays, à savoir sur les villages des communes suivantes : •     Honnelles, en totalité ; •     Quiévrain pour les villages de Baisieux et d’Audregnies ; •     Dour, pour les villages de Blaugies, Petit Dour, Wihéries et le sud d’Elouges ; •     Colfontaine, pour [...]

Par |2021-06-01T14:26:58+02:00janvier 25th, 2018|Catégories : événements, Le patrimoine paysager et l'aménagement du territoire|0 commentaire

Opération “Saule Attitude”

Le Parc Naturel des Hauts Pays lance sa deuxième opération de gestion des saules têtards ! Le saule têtard est un arbre à croissance rapide faisant partie du paysage bocager du Parc Naturel des Hauts-Pays. C’est un arbre dont on a modifié la morphologie par un étêtage et par des coupes successives des rejets à intervalles réguliers. Des opérations de recensement qualitatif et quantitatif ont été récemment menées sur l’ensemble de notre territoire. Plus de 2 000 saules têtards ont survécu chez nous aux opérations de remembrement rural et aux mutations des pratiques agricoles ! Patrimoine remarquable, ces alignements parfois plus que quarantenaires disparaîtront si des mesures de sauvegarde ne sont pas rapidement menées en procédant à une gestion concertée de la taille ! Sans intervention, le saule têtard finit par s’écarteler et dépérit irrémédiablement. Au-delà de l’aspect esthétique et des rythmes qu’ils confèrent à notre entité paysagère, les saules têtards présentent de nombreux atouts à l’heure des nouvelles normes environnementales et de qualité de vie des habitants. Réservoir de biodiversité, délimitation esthétique des parcelles de terrain, production de bois durable valorisé sous diverses formes, lutte contre l’érosion des sols, régulateur des ressources en eau, lutte contre les ravageurs de cultures, ombrage du bétail, etc. Autant d’éléments qui plaident en faveur des opérations de gestion de la taille, de lutte contre l’abattage et de replantation, que le Parc Naturel souhaite enclencher avec la participation de tous les riverains ; qu’ils soient acteurs privés ou publics. Taille et plantation  Chaque propriétaire d’alignement de saules têtards peut solliciter l’intervention du Parc Naturel. Cette dernière consistera en un financement à hauteur de 75 % du coût de la taille réalisée par un entrepreneur chevronné sur un maximum de cinq saules par [...]

La SCATU

SCATU signifie "Sous-Commission de l'Aménagement du Territoire et de l'Urbanisme". Avant de développer plus en détail les objectifs précis de cette sous-commission, il convient de faire le rappel de quelques notions essentielles : La base légale des Parcs Naturels est le décret qu 16 juillet 1985, paru au Moniteur Belge du 12 décembre 1985, et modifié par décret du 25 février 1999. La détermination de sa composition et sa reconnaissance effective : le 02 mai 2002. Elle est composée de neuf personnes, domiciliées dans les limites du Parc Naturel et particulièrement intéressées à sa gestion globale. Sa mission : en parfaite conformité avec la définition du Parc naturel, veiller à protéger l’environnement par un souci d’intégration des constructions nouvelles ou des transformations projetées tant au cadre bâti existant qu’à son environnement. Il est utile ici de rappeler qu’en matière d’aménagement du territoire, interviennent en priorité, la Direction Générale de l’Aménagement du Territoire (DGATLP), les autorités communales ; ensuite viennent, les différentes instances d’avis parmi lesquelles on peut citer de manière non exhaustive : la Direction Générale de l’Agriculture (DGA), la Direction Générale de l’Environnement (Eaux et Forêts - Mines et Sous-sol) (DGRNE), le Service des Monuments et Sites de la Région wallonne, le Ministère de l’Equipement et des Transports (MET), le Service Voyer provincial, le Service régional d’incendie, la Commission Régionale d’Aménagement du Territoire (C.R.A.T.) pour les communes non décentralisées sur le plan urbanistique et les Commissions Communales d’Aménagement du Territoire (C.C.A.T.) pour les communes dites décentralisées, Natura 2000, ainsi qu'au sein de la Commission de Gestion du Parc Naturel, sa Sous-commission « Aménagement du Territoire et Urbanisme ». Il est aussi très important de noter que cette commission n'a qu'une compétence consultative ; la décision finale [...]

Par |2018-07-19T12:28:55+02:00octobre 29th, 2014|Catégories : Le patrimoine paysager et l'aménagement du territoire|0 commentaire

Le Système d’Information Géographique (SIG)

L’article 1er du Décret relatif aux parcs naturels dit : « Un parc naturel est un territoire rural, d’un haut intérêt biologique et géographique, soumis conformément au présent décret à des mesures destinées à en protéger le milieu, en harmonie avec les aspirations de la population et le développement économique et social du territoire concerné ». La protection et la gestion des milieux naturels constituent donc un élément majeur du parc naturel tout en maintenant pour les habitants un cadre de vie agréable et des activités économiques viables. Pour protéger efficacement les richesses naturelles et le cadre de vie, il faut avant tout les connaître, c’est-à-dire réaliser des inventaires. Inventaire des sites de grand intérêt biologique, mais également inventaire du patrimoine, des ressources économiques,… La quantité de données à conserver et à traiter est énorme. Seuls des moyens informatiques modernes permettent de stocker les informations de façon claire et définitive et de gérer la diversité des informations. Le Système d’Information Géographique (SIG en français, GIS en anglais) est l’outil idéal pour résoudre ce type de problème. Qu’est-ce qu’un SIG ? Un SIG est donc un outil informatique qui permet de gérer différents types de données, que l’on a placé géographiquement sur un support-carte (géoréférencement). C’est un ensemble de données repérées dans l’espace, structuré de façon à pouvoir en extraire commodément des synthèses utiles lors de la prise de décision. Le SIG constitue un système de base de données pour la saisie, le stockage, l’extraction, l’interrogation et l’affichage de données géoréférencées. Pourquoi un SIG ? Les capacités spécifiques d’un SIG en font un outil unique s’adressant à une très grande variété d’application. Les Systèmes d’Information Géographique donnent une dimension cartographique et spatiale aux données liées [...]

Par |2018-07-19T12:28:55+02:00septembre 29th, 2014|Catégories : Le patrimoine paysager et l'aménagement du territoire|0 commentaire
Aller en haut