À propos de PNHP

Cet auteur n'a pas encore renseigné de détails.
Jusqu'à présent PNHP a créé 41 entrées de blog.

Circuit des aubépines

Une initiative citoyenne En 2019, un citoyen d’Aulnois rentrait en contact avec le Parc naturel des Hauts-Pays pour la préservation d’un joli sentier bordé d’aubépines.  Le Parc naturel des Hauts-Pays a alors démarché l’école communale afin de collaborer à un projet de valorisation de ce sentier au travers d’un circuit didactique qui l’emprunterait.  Un projet pédagogique L’animatrice du Parc naturel a d’abord effectué une animation de sensibilisation sur les paysages au cours de laquelle les élèves de la 3ème à la 6ème primaire ont découvert l’itinéraire ainsi que ses principaux points d’intérêt.   Les enfants ont ensuite débuté la rédaction du contenu des panneaux à placer sur le parcours. Pour ce faire, ils ont dû se documenter et rechercher des informations sur les éléments naturels qu’ils souhaitaient mettre en évidence, à savoir : les rôles de la haie, le saule têtard, le paysage bocager, le ruisseau « Le Louvroit » et l’importance de l’eau, le lierre, le houx, les oiseaux sans oublier les aubépines qui donnent leur nom au parcours.  Des partenariats Ce projet était également l’occasion pour le Parc naturel de renforcer ses partenariats : les élèves de l’Institut d'enseignement spécialisé « La Clairière » de Colfontaine ont confectionné le balisage et les supports des panneaux qui ont ensuite été placés par les ouvriers de la commune de Quévy.  Les enfants ont récemment eu l’honneur d’inaugurer ce circuit de 2km avec leurs parents. Découvrez le circuit Une carte de ce nouveau circuit est disponible à l’Administration communale de Quévy et à la maison du Parc naturel des Hauts-Pays. Elle est également téléchargeable ici.  La balade est également reprise sur la plateforme Cirkwi (application mobile disponible gratuitement) : https://www.cirkwi.com/fr/circuit/115734-circuit-des-aubepines Un riche projet transversal alliant pédagogie, sauvegarde de la nature et [...]

Par |2021-09-30T12:20:15+02:00septembre 30th, 2021|Catégories : Le développement rural, Pédagogie, Tourisme|0 commentaire

Projet « Et nos (Hainaut) saules têtards »

Des saules têtards à tailler ou à planter? On s’en occupe ….. presque gratuitement ! 500 saules têtards à tailler et 5000 perches à planter, voilà les objectifs ambitieux visés par les Parcs naturels du Pays des Collines, des Plaines de l’Escaut et des Hauts-Pays (en collaboration avec la Haute Ecole Condorcet) dans le cadre du projet « Et nos (Hainaut) saules têtards ? » inscrit dans la campagne « Yes, we plant » initiée par la Wallonie. Ce projet est né du constat de la disparition dans nos campagnes de cet arbre typique du Hainaut. Son existence repose sur des tailles régulières (tous les 8-10 ans) qui provoquent cette forme si particulière. Par manque d’entretien, on observe donc le dépérissement de nombreux têtards qui éclatent sous les branches devenues trop lourdes. Et ce serait bien dommage qu’il disparaisse vu tous les services qu’il peut fournir et cela d’autant plus avec les changements climatiques que nous connaissons ! Bois de chauffage ; Fourrage ; Amélioration du sol et source d’humus ; Régulation climatique ; Stabilisation du sol et des berges (anti-érosion) ; Bien-être du cheptel grâce à l’ombre ; Effet positif sur les rendements agricoles (agroforesterie, microclimat) ; Améliore la biodiversité favorable aux cultures ; ... Ce projet vise également à étudier des pistes de valorisation du broyat issu des tailles. Vous souhaitez tester l’utilisation du Bois Raméal Fragmenté pour augmenter vos taux d’humus ? Ou peut-être souhaitez-vous en savoir davantage sur l’utilisation des feuilles de saules comme fourrage ? Alors, participez à notre projet et demandez à être tenu.e informé.e. Et en pratique ? Si vous avez un ou plusieurs vieux saules têtards qui doivent être taillés, ou si vous souhaitez planter des perches de saules [...]

Par |2022-07-27T10:21:23+02:00septembre 1st, 2021|Catégories : Le patrimoine naturel|4 Commentaires

Sars-la-Bruyère

Faites-nous découvrir votre village Sars-la-Bruyère Commune : Frameries Superficie : environ 838 ha Nombre d’habitants : 843 Localisation Votre guide   Christophe Bondiau Enfant, dans les années 70, j'écoutais avec beaucoup d'attention les histoires, les légendes villageoises et faits de guerre que racontaient les anciens sarois. Bien des années plus tard, devenu professeur d'histoire, j'ai essayé de partager à mes élèves cette même passion pour les récits du passé. Je suis l'auteur de 2 essais sur la Libération du village de Sars-la-Bruyère en septembre 1944 et j'organise à la demande des promenades historiques sur les lieux de combats du village. Etymologie Etymologiquement , son nom provient du latin " Sartum" qui signifie endroit défriché ou sarclé, c’est-à-dire à vocation agricole. Un peu d'histoire Sars-la-Bruyère est un village rural dont la forme ancienne est déjà mentionnée dans une bulle de 25 octobre 1185 du pape Lucius III, confirmant les possessions du Chapitre de Sainte-Waudru.  Le village est très  ancien, les preuves tangibles en sont les vestiges de la chaussée romaine Bavay – Utrecht et de nombreuses traces de constructions gallo-romaines. La Bataille de Malplaquet (le 11 septembre 1709) s'est déroulée en partie sur le territoire actuel de Sars-la-Bruyère (lieu-dit "La Noire Bouteille"). Au XVIIIe siècle, le nom du village apparaît sous la forme de Sars-Notre-Dame et Sars-Lez-Eugies.  Ce n’est qu’après la Révolution française qu’on l’appela définitivement Sars-la-Bruyère, "La Bruyère" étant le nom que portait une ancienne ferme au Nord-Est du village. La poterie du Donjon Le donjon de Sars-la-Bruyère daterait du XII me siècle, le comte de Hainaut, Bauduin IV  dit « Bauduin l'édificateur, le bâtisseur », né en 1108, mort le 8 novembre 1171 serait à l’origine de sa construction. La seigneurie qui devint un marquisat en [...]

Par |2021-07-08T17:13:31+02:00juin 21st, 2021|Catégories : Le développement rural, Non classé, Tourisme|1 Commentaire

Réseau Eco-jardins du PNHP

Rejoignez le réseau Eco-jardins du Parc naturel des Hauts-Pays! Votre jardin, votre terrain, votre prairie sont des surfaces non négligeables qui peuvent accueillir une faune et une flore variées et diversifiées. Il est possible, avec quelques aménagements simples, de développer la biodiversité de manière croissante au sein de votre environnement.  Le but de ce projet est de créer un réseau de partage et d’échange de connaissances sur le thème des éco-jardins au sein du territoire du Parc naturel.   La mare, le potager, la permaculture, les haies, les vergers, les nichoirs, les tas de bois, de pierres sont des thématiques parmi tant d’autres ou chacun peut apporter ses connaissances, ses conseils ou encore, pour certains, apprendre et acquérir de nouvelles techniques. Êtes-vous intéressé par cette dynamique ? Contactez parcnaturel@pnhp.be

Par |2021-10-18T10:40:48+02:00avril 7th, 2021|Catégories : Non classé|0 commentaire

Projet supracommunal « Entretien RAVeL »

Initiés début 2020 et clôturé fin septembre 2021, le projet “Entretien RAVeL”, consistait, comme son nom l’indique, en l’entretien du réseau RAVeL traversant les communes de Boussu, Colfontaine, Dour et Frameries. 3 personnes en insertion professionnelle, coordonnées par le CPAS de ces communes,  prêtent main forte afin de réaliser ce projet. Elles ont bénéficié d'une formation continue durant leur engagement afin de favoriser par la suite leur remise à l'emploi. Des formations spécifiques ont également été dispensées auprès des ouvriers communaux assurant l’entretien initial du réseau. Concrètement, l'équipe mise en place travaille a travaillé jour le jour sur le réseau en menant des actions comme le ramassage des déchets, l'élagage et l'abattage d'arbres dangereux, la tonte,  le soufflage des feuilles, ... Ce projet avait donc pour objectif principal d'offrir au grand public de bons moments de balade sur un  RAVeL entretenu et géré en faveur de la nature. Enfin, la Maison du Tourisme de Mons (visitMons) a publié une carte thématique proposant divers points d’intérêt autour du RAVeL (producteurs locaux, ...). Ce projet bénéficiait de l’expertise de Hainaut Gestion du Patrimoine – département des Espaces verts et de Hainaut Culture Tourisme - département Tourisme. Bilan : 21 mois de projet pilote 3 personnes formées aux métiers liés à la gestion des espaces verts et réinsérés professionnellement 17 Km de RAVeL géré en fauchage a tardif avec exportation. Un réel impact positif pour la nature ! Cela représente 106 jours de fauchage avec exportation et débroussaillage : 64 arbres tombés ou instables enlevés pour sécuriser les usagers ; 10 km d’alignement d’arbre élagué ; 129 jours de nettoyage des bords de RAVeL dont l’intervention sur 35 dépôts sauvages ; Le nettoyage par soufflage de la voie ; La gestion de plantes [...]

Par |2021-10-05T16:33:50+02:00avril 6th, 2021|Catégories : Non classé|0 commentaire

Natura 2000 : Agir pour mieux protéger la biodiversité

Saviez-vous que les travaux de restauration ou de création d'habitat en zone Natura 2000 peuvent être financés à 100% ?  Le projet de mise en œuvre des plans de gestion Natura 2000 a pour but d'aider au maximum les propriétaires privés dans leurs démarches associées à l'amélioration, la restauration ou la création des habitats situés en zone Natura 2000.  Cette démarche est soutenue par le LIFE BNIP (projet européen visant l'intégration des exigences Natura 2000 sur le territoire belge).   Un partenariat Une association de 6 structures locales a permis le démarrage de ce projet. Ces 6 structures sont le Parc naturel des Plaines de l'Escaut, le Parc naturel des Hauts-Pays et le Parc Naturel du Pays des Collines et le Contrat de Rivière Haine, le Contrat de Rivière Dendre et le Contrat de Rivière Escaut-Lys. La durée de cet accompagnement est actuellement d'un an. 3 sites pilotes ont été ciblés afin d'établir une méthodologie commune : BE32005 - Vallées de la Dendre et de la Marcq qui se situe sur les communes de Ath, Ellezelles, Flobecq, Frasnes-Les-Anvaing et Lessines BE32012 - Bord nord du bassin de la Haine qui se situe sur les communes de Beloeil, Bernissart et Saint-Ghislain BE32019 - Vallée de la Trouille qui se situe sur les communes d'Estinnes, Frameries, Mons et Quévy Sont particulièrement visés les fonds de bois humides, la lande à bruyère sèche et humide, les pelouses sèches, les cours d'eau ou encore les zones de sources. En effet, ces habitats présentent un intérêt particulier car ils présent un risque significatif de disparition à l'échelle européenne si les actions préconisées ne sont pas appliquées. Des actions concrètes Concrètement, les actions comprennent le creusement de mares, la plantation [...]

Par |2021-10-22T12:42:20+02:00avril 6th, 2021|Catégories : Le patrimoine naturel|0 commentaire

Nouveaux projets pédagogiques

Le Parc naturel des Hauts-Pays lance deux nouveaux projets pilotes. La bibliothèque didactique ambulante De quoi s’agit-il ? Il s’agit d’un ensemble de 50 livres Jeunesse de sensibilisation à la Nature et à l’Environnement qui sont mis gratuitement à la disposition des écoles primaires du PNHP depuis ce mardi 20 octobre 2020. La commune de Honnelles a été choisie comme « commune pilote » étant donné sa proximité avec la Maison du Parc. Si le projet rencontre un grand succès, il sera élargi aux autres communes affiliées du PNHP. Quels sont les thèmes développés par ces livres ? Ils sont répartis en plusieurs catégories : Déchets, Eau, Energie, Changements climatiques, Nature et Sauvons la Planète. Public-cible du projet Les livres sont principalement destinés aux enfants de 8 à 12 ans. Quels sont les objectifs poursuivis par le projet ? Eduquer et sensibiliser les jeunes au respect de la Nature et de l’Environnement Promouvoir des comportements plus éco-responsables Développer la créativité artistique et l’esprit de synthèse Donner le goût de la lecture et rendre passionnante la découverte de l’écologie Partenariat Ce projet est réalisé en collaboration avec la bibliothèque communale de Dour qui a fourni une partie des livres Jeunesse, l’autre partie étant constituée des livres de la bibliothèque didactique de la Maison du Parc naturel des Hauts-Pays. En pratique La malle contenant les 50 livres didactiques a été déposée le 20 octobre 2020 à l’école communale de Fayt-le-Franc. Les livres ont été répartis par les institutrices dans les classes de la 3e à la 6e primaire. Chaque élève a reçu un livre et disposera de quatre jours pour le consulter. Le cinquième jour, il réalisera une affiche didactique (format A4) relative au livre découvert. Cette affiche comprendra un dessin qui [...]

Par |2020-10-29T16:54:39+01:00octobre 29th, 2020|Catégories : Non classé|0 commentaire

Gestion différenciée

Les espaces verts communaux représentent deux pourcents du territoire du Parc naturel des Hauts-Pays. Les communes doivent par conséquent faire preuve d’un comportement exemplaire dans leur gestion. Faisant partie du Parc naturel des Hauts-Pays, celles-ci participent à nos missions. La réglementation zéro phyto mise en place depuis le 1er juin 2019 ainsi que la diminution drastique des moyens financiers pour les communes les poussent à chercher des alternatives plus respectueuses de l’environnement afin d’augmenter la biodiversité et de faire diminuer le bilan carbone. C’est pour cette raison, que les 6 communes composant le Parc naturel des Hauts-Pays participent à des projets ayant pour objectif une meilleure gestion des espaces verts communaux et visant : plus de biodiversité et une meilleure efficience au niveau de la réalisation des travaux et entretiens par les équipes techniques communales. Ces communes, avec notre soutien, revoient leurs plans d’aménagement des espaces verts. Vous pouvez d’ailleurs consulter une cartographie provisoire de leurs différentes propositions : Voir en plein écran Ces plans d’aménagement des espaces verts se nomment : « plans de gestion différenciés ». La gestion différenciée, c’est quoi ? La gestion différenciée est définie par notre partenaire Adalia 2.0 comme étant "une approche raisonnée de la gestion des espaces verts". Elle est plus en phase avec les aspirations actuelles et fait le pari d’une gestion plus respectueuse de l’environnement sans perte de qualité. Elle remet en question le tout horticole sans le bannir. L’objectif est d’appliquer à tout espace vert le mode de gestion le plus adapté à celui-ci tout en tenant compte de son utilisation et de sa situation. Ce type de gestion permet une diversification du type d’espace, une favorisation de la biodiversité et une réduction de [...]

Par |2020-04-30T13:26:37+02:00avril 27th, 2020|Catégories : Le patrimoine naturel|0 commentaire

Le projet SOUS-TERR’HAINE !

Un nouveau projet renforcera nos actions sur le territoire du Parc Naturel des Hauts-Pays : le projet SOUS-TERR'HAINE ! Ce projet vise l'amélioration de la qualité de la masse d'eau souterraine des craies de la Haine, et initiera pour cela des démarches auprès de l'ensemble de la population : les agriculteurs, les communes, les PME mais également les particuliers. Un nouveau projet : avec qui ? Ce projet, financé sur une période de 3 ans (2020–2022) par la Société Publique de Gestion de l’Eau, est envisageable grâce à l’implication de plusieurs partenaires : Le Contrat Rivière Haine porte le projet : La connaissance de l’ensemble des acteurs de l’eau, à tous les niveaux, en fait un opérateur de choix. La coordination et la concertation entre tous ces acteurs demande un savoir-faire qu’ils maîtrisent. Le Parc Naturel des Hauts-Pays est un partenaire incontournable sur son territoire : les nombreuses interactions avec la population et les communes au travers de ses actions de sensibilisation et de restauration des bocages ne peuvent être que bénéfiques. Comme la partie la plus importante du projet se déroule sur leur territoire, un bureau délocalisé dans leur bâtiment a été mis à disposition. Natagriwal est le partenaire par excellence pour avancer au mieux dans les volontés de verdissement englobés dans le projet. Son rôle est d’informer, de conseiller et d’encadrer les opérateurs dans la mise en œuvre du programme agro-environnemental et du réseau Natura 2000. La Société Wallonne des Eaux (SWDE) a pour mission de produire et de distribuer une eau de qualité sur près de [...]

Par |2021-12-15T10:15:24+01:00avril 6th, 2020|Catégories : Le patrimoine naturel|0 commentaire

Autreppe

Faites-nous découvrir votre village Autreppe Commune : Honnelles Superficie : environ 166 ha  Nombre d’habitants : 351 (2016) Localisation Votre guide Jean-Pierre Gobert Je suis né en 1948. Ancien pharmacien à la retraite, j'habite Autreppe depuis 40 ans. Passionné d'histoire locale mais aussi de faune et de flore, j'ai édité plusieurs livres sur le sujet. Je gère également le groupe de marche "Rand'Optimist" de Honnelles. https://www.youtube.com/watch?v=qSM1LnMvLkc Etymologie Concernant l’étymologie du mot "Autreppe", retenons celle qui colle à la réalité du terrain : Alta Ripa ou hautes rives. En effet, cela prend tout son sens quand on voit le relief vallonné creusé par le ruisseau qui prend sa source en territoire français près du «Passe-tout-Outre» au lieu-dit la Canarderie, près du bois d’Audois. Un peu d'histoire A la fusion des communes, le 1er janvier 1977, Autreppe devient le centre administratif de la Commune de Honnelles : en effet la Maison communale et la maison de l’instituteur de l’école communale qui y est annexée, furent choisies pour abriter les locaux administratifs de la nouvelle entité de Honnelles. Il est vrai qu'Autreppe occupait une position géographique centrale dans le nouveau territoire. Quelle belle revanche pour cette petite commune habitée à l'époque par quelques 250 habitants. La stèle Verhaeren Dans la rue Grande, à l'entrée de la maison communale se trouve une stèle de pierre à peine dégrossie. Il s'agit d'un buste d'Émile Verhaeren, le célèbre poète flamand d'expression française. Elle est l'œuvre d'Angelo Hecq, un sculpteur hennuyer auquel on doit déjà les monuments de Tamines et de Pâturages. Jadis placée au premier mémorial Verhaeren à Roisin et été inaugurée en 1937, on la plaça ensuite dans la cour des Écoles techniques du Hainaut à Saint-Ghislain avant de la [...]

Par |2020-02-27T15:04:24+01:00février 7th, 2020|Catégories : Le développement rural, Non classé, Tourisme|1 Commentaire
Aller en haut