Le patrimoine naturel

/Le patrimoine naturel
­

Un verger communautaire dans votre commune

Le Parc naturel et ses communes vous proposent de participer à la création d'un verger communautaire... Un verger communautaire, qu'est-ce que c'est ? Le verger communautaire est un espace libre ou chacun peut utiliser les fruits du verger à sa convenance... Des espaces situés à Blaregnies, Montignies-sur-Roc, Colfontaine et Elouges  ont été mis à disposition par les communes pour ce projet et une vingtaine de fruitiers seront plantés. Et dans la pratique ? Il suffit simplement de s'inscrire pour parrainer un arbre et de participer à la journée de plantation qui aura lieu dans chaque commune participante en février 2017. Nous planterons des espèces hautes tiges et rustiques, ce qui donnera du maillage et de la biodiversité, sans oublier des fruits et du jus de qualité ! Renseignements : 065/46.09.38 – mailto:s.delfar@pnhp.be Revivez en images la plantation du verger communautaire de Dour Revivez en images la plantation du verger communautaire de Honnelles

By |octobre 18th, 2016|Categories: Le patrimoine naturel|0 Comments

Portail d’encodage et de consultation de données naturalistes

Le Parc naturel des Hauts-Pays a créé un portail d'encodage et de consultation des données naturalistes dédié spécifiquement à son territoire sur la plateforme "Observation.be". Ce portail permettra à chacun d'encoder ses propres observations faites sur le terrain et de prendre connaissance des observation des autres utilisateurs. Vous observez un oiseau, un batracien, une plante, un mammifère dans votre jardin ou à proximité de chez vous?  Partagez l'information sur le portail.  Cela sera utile à l'équipe du Parc naturel afin de  suivre l'évolution biologique de certains sites naturels mais aussi de voir l'évolution des populations d’espèces spécifiques au Parc naturel, tels que la chouettes chevêche, l'hirondelle de fenêtre, etc... Rendez-vous sur  http://pnhp.observations.be Pour toute aide ou information, contactez François Stocman au 065/46 09 38 ou via f.stocman@pnhp.be

By |octobre 6th, 2016|Categories: Le patrimoine naturel|0 Comments

Opération hirondelles

Lancement d’une opération hirondelles sur le Parc naturel des Hauts-Pays A la mi-mai, les hirondelles font  leur retour.  L’occasion pour le Parc naturel de lancer une opération de recensement de deux espèces d'hirondelles présentes dans notre région : l'hirondelle de fenêtres et l'hirondelle rustique.   Ces espèces sont malheureusement en déclin (manque de nourriture, difficulté à trouver des matériaux pour leurs nids, migration importante).  C’est l’occasion d’effectuer un recensement citoyen et de leur proposer des gîtes de substitution adéquats… Que faire de vos données ? Soit les encoder sur observations.be ou envoyer un mail à f.stocman@pnhp.be (en donnant les indications reprises dans le tableau ci-dessous et surtout en précisant si vous seriez d’accord de placer un nichoir à hirondelle chez vous. Avez-vous des nids d’hirondelles ? Quelle espèce ? Combien ? Où? (adresse complète) oui -non Rustique - Fenêtre                                     Que peut faire le Parc ?  Comment pouvez-vous agir ? Sur base des quantons  définis (zones de nidification), nous pourrons placer des nichoirs gratuitement chez les personnes favorables et leur fournir des gîtes adéquats ou encore poser une planche qui limitera les fientes sur les fenêtres et façades. Les avantages de la pose de nichoirs artificiels ? Ils pallient efficacement le manque de boue ; Ils permettent d'imposer (si l'hirondelle veut bien s'y installer) l'emplacement des nids en évitant par exemple le dessus des portes et fenêtres ; Ils permettent une nidification plus précoce, et donc une deuxième nichée peut être entamée également ; Il n'y a aucun risque que les nids tombent s'ils sont bien fixés alors qu'un nid naturel peut tomber quand les jeunes sont [...]

By |avril 26th, 2016|Categories: Le patrimoine naturel|0 Comments

Opération « Vergers pour tous »

Le but de cette opération est de planter et de restaurer les vergers au sein du territoire du Parc Naturel. Comme vous le savez sûrement, le Parc Naturel des Hauts-Pays souhaiterait favoriser une agriculture rurale et dynamiser le maillage écologique de sa région.  Pour ce faire, le Parc vous propose une brochure décrivant les primes et subventions actuelles concernant la plantation ainsi que la restauration d’arbres fruitiers (vergers) au sein du Parc Naturel des Hauts-Pays et en Région wallonne.  Vous pouvez la télécharger ici. Ces arbres fruitiers ont plusieurs intérêts, l’intérêt écologique par exemple, les vergers sont des zones d’habitats pour certaines espèces comme le Rougequeue noir, la chouette chevêche, … . Ils ont également l’avantage de procurer de l’ombrage au bétail (bien-être animal). Ils permettent aussi d’obtenir une qualité paysagère, grâce à la préservation du bocage. Les fruitiers ont un intérêt patrimonial.  Des variétés de fruits typiques de notre région sont conservées.  Enfin, ces arbres fruitiers ont un intérêt nutritionnel ou économique, les fruits ou leur transformation ayant un apport nutritif de qualité. Ces aides à la plantation et à la restauration de vergers sont financées à hauteur de 80 % à partir de minimum cinq arbres fruitiers plantés. En plus d’avoir un subventionnement très intéressant, le Parc Naturel vous propose un service d’aide à la plantation, au choix des variétés et une aide pour le suivi de votre demande. Cela veut dire concrètement que vous payez seulement 20 % sur l’achat des arbres fruitiers, le reste étant pris en charge par le Parc Naturel.  Qui peut bénéficier des aides à la plantation mises à disposition par le Parc Naturel ? Les agriculteurs et propriétaires disposant de prairies sur le territoire du Parc Naturel des [...]

By |août 21st, 2015|Categories: Le développement rural, Le patrimoine naturel|0 Comments

Opération « Saule Attitude »

Le Parc Naturel des Hauts Pays lance sa deuxième opération de gestion des saules têtards ! Le saule têtard est un arbre à croissance rapide faisant partie du paysage bocager du Parc Naturel des Hauts-Pays. C’est un arbre dont on a modifié la morphologie par un étêtage et par des coupes successives des rejets à intervalles réguliers. Des opérations de recensement qualitatif et quantitatif ont été récemment menées sur l’ensemble de notre territoire. Plus de 2 000 saules têtards ont survécu chez nous aux opérations de remembrement rural et aux mutations des pratiques agricoles ! Patrimoine remarquable, ces alignements parfois plus que quarantenaires disparaîtront si des mesures de sauvegarde ne sont pas rapidement menées en procédant à une gestion concertée de la taille ! Sans intervention, le saule têtard finit par s’écarteler et dépérit irrémédiablement. Au-delà de l’aspect esthétique et des rythmes qu’ils confèrent à notre entité paysagère, les saules têtards présentent de nombreux atouts à l’heure des nouvelles normes environnementales et de qualité de vie des habitants. Réservoir de biodiversité, délimitation esthétique des parcelles de terrain, production de bois durable valorisé sous diverses formes, lutte contre l’érosion des sols, régulateur des ressources en eau, lutte contre les ravageurs de cultures, ombrage du bétail, etc. Autant d’éléments qui plaident en faveur des opérations de gestion de la taille, de lutte contre l’abattage et de replantation, que le Parc Naturel souhaite enclencher avec la participation de tous les riverains ; qu’ils soient acteurs privés ou publics. Taille et plantation  Chaque propriétaire d’alignement de saules têtards peut solliciter l’intervention du Parc Naturel. Cette dernière consistera en un financement à hauteur de 75 % du coût de la taille réalisée par un entrepreneur chevronné sur un maximum de cinq saules par [...]

projet GIHM (Gestion Intégrée de la Haine Méridionale)

Le Parc naturel des Hauts-Pays fut le premier opérateur du projet GIHM (projet européen INTERREG III) en partenariat avec Valenciennes Métropole et Hainaut Développement ASBL.  Cinq partenaires ont assisté le Parc naturel des Hauts-Pays : Ministère de la Région Walonne – Direction Générale des Ressources Naturelles et de l’Environnement Contrat de rivière du Bassin de la Trouille Société royale « Les Naturalistes de Mons et du Borinage » Phragmites A.s.b.l. Espace rural A.s.b.l. Mais qu’est que le GIHM ? Une connaissance incomplète, erronée des cours d’eau se trouve souvent à la source d’agissements nuisibles. C’est pourquoi, avant de procéder à un aménagement quelconque sur un cours d’eau, il est nécessaire d’avoir tous les éléments en main, de connaître l’ensemble des facteurs influençant le cours d’eau. Voilà le but du projet GIHM (Gestion Intégrée de la Haine Méridionale) : intégrer l’ensemble des données concernant la Haine méridionale du bassin de la Trouille au bassin de l’Hogneau-Rhônelle afin de fournir un outil de gestion adéquat aux utilisateurs et gestionnaires des cours d’eau. Les études réalisées lors de ce projet ont, entre autres choses,  permis d'être  à la base d'aménagements en vue de limiter les effets des inondations. Le projet GIHM, initié en 2001, fut un précurseur dans le domaine de la gestion des cours d’eau car il intègre la notion de gestion transfrontalière des écoulements des eaux (informations à caractère hydraulique et hydrologique), la notion de conservation et de l’augmentation de la biodiversité sur le territoire, la notion de gestion des matières extraites des cours d’eau et la prise en compte de la problématique de l’information et de la sensibilisation. Le GIHM s’inscrit dans une politique de gestion des cours d’eau, en application de la Directive-cadre (Directive [...]

By |mars 19th, 2015|Categories: Le patrimoine naturel|0 Comments

Natura 2000

1. Contexte La conservation de la nature est un problème qui dépasse le cadre des pays pris individuellement. Les migrateurs ne respectent pas les frontières ; beaucoup d’habitats présents dans des régions s’étendent sur plusieurs frontières nationales ; et, lorsqu’une pollution touche des eaux de rivière, elle va en aval à travers différents pays. C’est pour ces différentes raisons qu’une approche à l’échelle européenne est cruciale. 2. Protéger les habitats et espèces naturels. En Europe on trouve une grande diversité d’écosystèmes avec des milliers de plantes, d’oiseaux, d’insectes et poissons différents. C’est ce qu’on appelle la diversité biologique. Malheureusement, certaines espèces sont en train de devenir très rares où sont même menacées de disparaître. L’habitat est l’environnement dans lequel un animal ou une plante vit, et se définit généralement en terme de végétation et de caractéristiques physiques. En Europe on a recensé 2.500 habitats différents. Ils incluent les prairies, les rivières, les montagnes, les déserts, les dunes, les falaises. La plupart de ces habitats subissent l’impact direct ou indirect de l’homme et de ses activités. Beaucoup de ces milieux n’existent que par la présence des activités humaines. Ainsi les prairies de fauche n’existent que grâce à des activités de fauchage ou de pâturage. Les pelouses calcaires également. Sans activités humaines elles deviendraient des forêts. Malheureusement de nombreux habitats disparaissent entraînant avec eux les espèces végétales et animales qui y vivent. Il ne fait aucun doute que notre style de vie a modifié le paysage et a augmenté le nombre d’espèces en voie d’extinction. Nous savons aussi que l’activité humaine doit se poursuivre mais doit se faire dans le respect de l’environnement. 3. En quoi consiste exactement le réseau Natura 2000 ? Natura 2000 [...]

By |novembre 6th, 2014|Categories: Le patrimoine naturel|0 Comments

Création d’une mare à Roisin

Les zones humides sont devenues les milieux naturels les plus menacés. Considérés comme terrain inculte, beaucoup de zones humides ont été drainées ou simplement remblayées.  Le Parc Naturel des Hauts-Pays n’a pas échappé à cette tendance et c’est pourquoi des actions de restauration de milieux humides sont utiles.  La faune et la flore liées à ces milieux font partie des plus rares. Recherchant continuellement des milieux favorables à la création de mares, nous sollicitons les propriétaires de parcelles humides régulièrement. Chaque réalisation constitue une vitrine de ce type d’aménagement utile pour l’environnement et également pour l’agriculteur qui peut y abreuver son bétail grâce à un aménagement spécifique. Dans le cadre de cette réalisation, il s’agit d’une prairie qui a déjà fait l’objet d’une plantation de haies sur tout le pourtour. La mare complète utilement l’aménagement de la prairie qui a un impact positif tant sur la biodiversité que le paysage. En effet, cette prairie, reprise en tant que zone d’intérêt paysager au plan de secteur, et l’un des points de vue les plus caractéristiques de notre territoire.  La prairie jouxte la seule réserve naturelle agréée de notre territoire : la réserve naturelle du Bois du Boutenier. Un suivi de la faune et de la flore est réalisé chaque année sur cette mare comme c’est le cas pour les autres d’ores et déjà réalisées par nos soins. Sa superficie est de l’ordre de 80 m² et une profondeur maximale de 1,2 mètre. Localisation : Elle est située sur le territoire de l’entité de Roisin (Honnelles) dans une prairie longée par la rue du Piémont.

By |septembre 30th, 2014|Categories: Le patrimoine naturel|0 Comments

Plantes invasives

Ces dernières années, plusieurs massifs de Berce du Caucase ont été répertoriés sur le territoire du Parc naturel. Le 23 juillet 2010 l’ensemble de ces massifs a été traité par arrachage de l’ensemble des pieds de Berce et incinération des ombelles récoltées séparément.  Le suivi de ces massifs se poursuit depuis lors. L’ensemble des massifs a été répertorié sur le site Internet mis en place dans ce cadre par le Service Public de Wallonie. Pieds de Berce arrachés et mis à sécher au soleil – Ombelles récoltées séparément

By |septembre 30th, 2014|Categories: Le patrimoine naturel|0 Comments