PNHP

/PNHP

About PNHP

This author has not yet filled in any details.
So far PNHP has created 20 blog entries.

Circuits Moneuse

Partez sur les traces de Moneuse grâce à 5 nouveaux circuits S'il est un personnage qui marqua les esprits dans notre région, c'est bien Antoine-Joseph Moneuse.  En effet, aucune commune du Parc Naturel des Hauts-Pays ne fut épargnée par les prétendus méfaits de ce brigand connu sous le surnom de "Capitaine des Chauffeurs du Nord".  Nous vous proposons à présent de revivre les grands moments de l'histoire à travers 5 nouveaux circuits à parcourir en famille.  Une manière de découvrir un patrimoine immatériel mais également des endroits parfois méconnus de notre territoire. Nos premiers circuits numériques Inutile de chercher du balisage sur votre chemin, il n'y en a aucun.  En effet, ces 5 balades représentent une nouveauté pour le Parc Naturel car il s'agit de nos premières balades numériques.  Grâce à l'application "Cirkwi" (disponible sur Android et IOS) et à votre smartphone équipé d'un GPS vous serez géolocalisé en permanence.  Impossible de se perdre.  Bien sûr, une carte est également disponible en téléchargement pour les personnes non équipées. Le Parc Naturel a également travaillé sur ce projet avec des partenaires locaux de premier ordre : VisitMons et la Maison du Tourisme de la Région de Mons.  Vous pouvez d'ailleurs également télécharger ces balades sur votre appareil mobile via leur application dédiée disponible gratuitement sur l'App Store et sur Google Play.   Du contenu interactif ! La véritable valeur ajoutée de ce système réside dans le fait que le circuit peut être enrichi de contenu interactif. En plus de la géolocalisation, le promeneur se voit alors proposer des points d'intérêt sur son parcours. Vous pourrez ainsi découvrir l'histoire de Moneuse [...]

By |2018-07-19T12:28:53+00:00juin 29th, 2015|Categories: Le développement rural, Tourisme|0 Comments

Opération « Saule Attitude »

Le Parc Naturel des Hauts Pays lance sa deuxième opération de gestion des saules têtards ! Le saule têtard est un arbre à croissance rapide faisant partie du paysage bocager du Parc Naturel des Hauts-Pays. C’est un arbre dont on a modifié la morphologie par un étêtage et par des coupes successives des rejets à intervalles réguliers. Des opérations de recensement qualitatif et quantitatif ont été récemment menées sur l’ensemble de notre territoire. Plus de 2 000 saules têtards ont survécu chez nous aux opérations de remembrement rural et aux mutations des pratiques agricoles ! Patrimoine remarquable, ces alignements parfois plus que quarantenaires disparaîtront si des mesures de sauvegarde ne sont pas rapidement menées en procédant à une gestion concertée de la taille ! Sans intervention, le saule têtard finit par s’écarteler et dépérit irrémédiablement. Au-delà de l’aspect esthétique et des rythmes qu’ils confèrent à notre entité paysagère, les saules têtards présentent de nombreux atouts à l’heure des nouvelles normes environnementales et de qualité de vie des habitants. Réservoir de biodiversité, délimitation esthétique des parcelles de terrain, production de bois durable valorisé sous diverses formes, lutte contre l’érosion des sols, régulateur des ressources en eau, lutte contre les ravageurs de cultures, ombrage du bétail, etc. Autant d’éléments qui plaident en faveur des opérations de gestion de la taille, de lutte contre l’abattage et de replantation, que le Parc Naturel souhaite enclencher avec la participation de tous les riverains ; qu’ils soient acteurs privés ou publics. Taille et plantation  Chaque propriétaire d’alignement de saules têtards peut solliciter l’intervention du Parc Naturel. Cette dernière consistera en un financement à hauteur de 75 % du coût de la taille réalisée par un entrepreneur chevronné sur un maximum de cinq saules par [...]

Geocaching

Qu'est-ce que le Geocaching ? Le geocaching est en quelque sorte une chasse au trésor moderne.  Au lieu de partir à la recherche d'un lieu indiqué sur une carte en papier, vous troquez simplement celle-ci pour une application mobile ou un GPS.  Une fois les coordonnées enregistrées, vous voilà guidé vers la "geocache" !  Des photos, indications ou indices peuvent également vous aider sur votre chemin.  Il s'agit d'une activité ludique et orientée vers la nature qui regroupe plusieurs millions d'adeptes dans le monde.  Regardez la vidéo pour en savoir plus sur ce véritable phénomène. De quoi ai-je besoin ? Il faut savoir que le geocaching est une activité extrêmement organisée.  Un site web de portée mondiale rassemble la communauté des "geo cacheurs" et des "geo trouveurs".  Toutes les coordonnées des caches disponibles y sont visibles.  Il faut suffit de créer un compte. https://www.geocaching.com/play Une fois une cache choisie, il faut se mettre à sa recherche.  Pour cela, plusieurs options sont possibles : le GPS ou l'application mobile   Le GPS de randonnée est une valeur sûre pour la géolocalisation.   Très précis, il peut toutefois s'avérer assez cher suivant la marque choisie.  Il faut également savoir que toutes les options du geocaching ne sont pas possibles avec cet outil.  Il vous conduira au point choisi mais ne pourra pas vous fournir d' informations complémentaires comme une photo, une description ou un indice une fois sur le terrain. Pour cela, il faudra opter pour une application mobile disponible sur smartphone. À l'heure actuelle, la majorité d'entre-vous est équipée d'un smartphone.  Bonne nouvelle, sans le savoir, vous disposez de l'outil parfait pour vous lancer dans le Geocaching.  [...]

By |2018-07-19T12:28:54+00:00juin 10th, 2015|Categories: Tourisme|0 Comments

projet GIHM (Gestion Intégrée de la Haine Méridionale)

Le Parc naturel des Hauts-Pays fut le premier opérateur du projet GIHM (projet européen INTERREG III) en partenariat avec Valenciennes Métropole et Hainaut Développement ASBL.  Cinq partenaires ont assisté le Parc naturel des Hauts-Pays : Ministère de la Région Walonne – Direction Générale des Ressources Naturelles et de l’Environnement Contrat de rivière du Bassin de la Trouille Société royale « Les Naturalistes de Mons et du Borinage » Phragmites A.s.b.l. Espace rural A.s.b.l. Mais qu’est que le GIHM ? Une connaissance incomplète, erronée des cours d’eau se trouve souvent à la source d’agissements nuisibles. C’est pourquoi, avant de procéder à un aménagement quelconque sur un cours d’eau, il est nécessaire d’avoir tous les éléments en main, de connaître l’ensemble des facteurs influençant le cours d’eau. Voilà le but du projet GIHM (Gestion Intégrée de la Haine Méridionale) : intégrer l’ensemble des données concernant la Haine méridionale du bassin de la Trouille au bassin de l’Hogneau-Rhônelle afin de fournir un outil de gestion adéquat aux utilisateurs et gestionnaires des cours d’eau. Les études réalisées lors de ce projet ont, entre autres choses,  permis d'être  à la base d'aménagements en vue de limiter les effets des inondations. Le projet GIHM, initié en 2001, fut un précurseur dans le domaine de la gestion des cours d’eau car il intègre la notion de gestion transfrontalière des écoulements des eaux (informations à caractère hydraulique et hydrologique), la notion de conservation et de l’augmentation de la biodiversité sur le territoire, la notion de gestion des matières extraites des cours d’eau et la prise en compte de la problématique de l’information et de la sensibilisation. Le GIHM s’inscrit dans une politique de gestion des cours d’eau, en application de la Directive-cadre (Directive [...]

By |2018-07-19T12:28:54+00:00mars 19th, 2015|Categories: Le patrimoine naturel|0 Comments

Natura 2000

1. Contexte La conservation de la nature est un problème qui dépasse le cadre des pays pris individuellement. Les migrateurs ne respectent pas les frontières ; beaucoup d’habitats présents dans des régions s’étendent sur plusieurs frontières nationales ; et, lorsqu’une pollution touche des eaux de rivière, elle va en aval à travers différents pays. C’est pour ces différentes raisons qu’une approche à l’échelle européenne est cruciale. 2. Protéger les habitats et espèces naturels. En Europe on trouve une grande diversité d’écosystèmes avec des milliers de plantes, d’oiseaux, d’insectes et poissons différents. C’est ce qu’on appelle la diversité biologique. Malheureusement, certaines espèces sont en train de devenir très rares où sont même menacées de disparaître. L’habitat est l’environnement dans lequel un animal ou une plante vit, et se définit généralement en terme de végétation et de caractéristiques physiques. En Europe on a recensé 2.500 habitats différents. Ils incluent les prairies, les rivières, les montagnes, les déserts, les dunes, les falaises. La plupart de ces habitats subissent l’impact direct ou indirect de l’homme et de ses activités. Beaucoup de ces milieux n’existent que par la présence des activités humaines. Ainsi les prairies de fauche n’existent que grâce à des activités de fauchage ou de pâturage. Les pelouses calcaires également. Sans activités humaines elles deviendraient des forêts. Malheureusement de nombreux habitats disparaissent entraînant avec eux les espèces végétales et animales qui y vivent. Il ne fait aucun doute que notre style de vie a modifié le paysage et a augmenté le nombre d’espèces en voie d’extinction. Nous savons aussi que l’activité humaine doit se poursuivre mais doit se faire dans le respect de l’environnement. 3. En quoi consiste exactement le réseau Natura 2000 ? Natura 2000 [...]

By |2018-10-03T13:28:05+00:00novembre 6th, 2014|Categories: Le patrimoine naturel|0 Comments

La SCATU

SCATU signifie "Sous-Commission de l'Aménagement du Territoire et de l'Urbanisme". Avant de développer plus en détail les objectifs précis de cette sous-commission, il convient de faire le rappel de quelques notions essentielles : La base légale des Parcs Naturels est le décret qu 16 juillet 1985, paru au Moniteur Belge du 12 décembre 1985, et modifié par décret du 25 février 1999. La détermination de sa composition et sa reconnaissance effective : le 02 mai 2002. Elle est composée de neuf personnes, domiciliées dans les limites du Parc Naturel et particulièrement intéressées à sa gestion globale. Sa mission : en parfaite conformité avec la définition du Parc naturel, veiller à protéger l’environnement par un souci d’intégration des constructions nouvelles ou des transformations projetées tant au cadre bâti existant qu’à son environnement. Il est utile ici de rappeler qu’en matière d’aménagement du territoire, interviennent en priorité, la Direction Générale de l’Aménagement du Territoire (DGATLP), les autorités communales ; ensuite viennent, les différentes instances d’avis parmi lesquelles on peut citer de manière non exhaustive : la Direction Générale de l’Agriculture (DGA), la Direction Générale de l’Environnement (Eaux et Forêts - Mines et Sous-sol) (DGRNE), le Service des Monuments et Sites de la Région wallonne, le Ministère de l’Equipement et des Transports (MET), le Service Voyer provincial, le Service régional d’incendie, la Commission Régionale d’Aménagement du Territoire (C.R.A.T.) pour les communes non décentralisées sur le plan urbanistique et les Commissions Communales d’Aménagement du Territoire (C.C.A.T.) pour les communes dites décentralisées, Natura 2000, ainsi qu'au sein de la Commission de Gestion du Parc Naturel, sa Sous-commission « Aménagement du Territoire et Urbanisme ». Il est aussi très important de noter que cette commission n'a qu'une compétence consultative ; la décision finale [...]

By |2018-07-19T12:28:55+00:00octobre 29th, 2014|Categories: Le patrimoine paysager et l'aménagement du territoire|0 Comments

Organisation de balades

Plusieurs fois par an, le Parc Naturel organise des balades sur son territoire.  Inaugurations de nouveaux circuits, balades gourmandes ou à thème, ces événements rassemblent à chaque fois un large public désireux de découvrir ou de redécouvrir notre belle région. Voici quelques exemples de promenades organisées ces dernières années : Inauguration du circuit Béria (Quévy-le-Petit)   Balade gourmande à Montignies-sur-Roc et Audregnies    Inauguration du circuit du bocage à Onnezies

By |2015-03-19T13:29:31+00:00octobre 29th, 2014|Categories: Le développement rural|0 Comments

Création d’une mare à Roisin

Les zones humides sont devenues les milieux naturels les plus menacés. Considérés comme terrain inculte, beaucoup de zones humides ont été drainées ou simplement remblayées.  Le Parc Naturel des Hauts-Pays n’a pas échappé à cette tendance et c’est pourquoi des actions de restauration de milieux humides sont utiles.  La faune et la flore liées à ces milieux font partie des plus rares. Recherchant continuellement des milieux favorables à la création de mares, nous sollicitons les propriétaires de parcelles humides régulièrement. Chaque réalisation constitue une vitrine de ce type d’aménagement utile pour l’environnement et également pour l’agriculteur qui peut y abreuver son bétail grâce à un aménagement spécifique. Dans le cadre de cette réalisation, il s’agit d’une prairie qui a déjà fait l’objet d’une plantation de haies sur tout le pourtour. La mare complète utilement l’aménagement de la prairie qui a un impact positif tant sur la biodiversité que le paysage. En effet, cette prairie, reprise en tant que zone d’intérêt paysager au plan de secteur, et l’un des points de vue les plus caractéristiques de notre territoire.  La prairie jouxte la seule réserve naturelle agréée de notre territoire : la réserve naturelle du Bois du Boutenier. Un suivi de la faune et de la flore est réalisé chaque année sur cette mare comme c’est le cas pour les autres d’ores et déjà réalisées par nos soins. Sa superficie est de l’ordre de 80 m² et une profondeur maximale de 1,2 mètre. Localisation : Elle est située sur le territoire de l’entité de Roisin (Honnelles) dans une prairie longée par la rue du Piémont.

By |2018-11-08T16:53:57+00:00septembre 30th, 2014|Categories: Le patrimoine naturel|0 Comments

Plantes invasives

Ces dernières années, plusieurs massifs de Berce du Caucase ont été répertoriés sur le territoire du Parc naturel. Le 23 juillet 2010 l’ensemble de ces massifs a été traité par arrachage de l’ensemble des pieds de Berce et incinération des ombelles récoltées séparément.  Le suivi de ces massifs se poursuit depuis lors. L’ensemble des massifs a été répertorié sur le site Internet mis en place dans ce cadre par le Service Public de Wallonie. Pieds de Berce arrachés et mis à sécher au soleil – Ombelles récoltées séparément

By |2015-03-19T13:29:53+00:00septembre 30th, 2014|Categories: Le patrimoine naturel|0 Comments

Le Système d’Information Géographique (SIG)

L’article 1er du Décret relatif aux parcs naturels dit : « Un parc naturel est un territoire rural, d’un haut intérêt biologique et géographique, soumis conformément au présent décret à des mesures destinées à en protéger le milieu, en harmonie avec les aspirations de la population et le développement économique et social du territoire concerné ». La protection et la gestion des milieux naturels constituent donc un élément majeur du parc naturel tout en maintenant pour les habitants un cadre de vie agréable et des activités économiques viables. Pour protéger efficacement les richesses naturelles et le cadre de vie, il faut avant tout les connaître, c’est-à-dire réaliser des inventaires. Inventaire des sites de grand intérêt biologique, mais également inventaire du patrimoine, des ressources économiques,… La quantité de données à conserver et à traiter est énorme. Seuls des moyens informatiques modernes permettent de stocker les informations de façon claire et définitive et de gérer la diversité des informations. Le Système d’Information Géographique (SIG en français, GIS en anglais) est l’outil idéal pour résoudre ce type de problème. Qu’est-ce qu’un SIG ? Un SIG est donc un outil informatique qui permet de gérer différents types de données, que l’on a placé géographiquement sur un support-carte (géoréférencement). C’est un ensemble de données repérées dans l’espace, structuré de façon à pouvoir en extraire commodément des synthèses utiles lors de la prise de décision. Le SIG constitue un système de base de données pour la saisie, le stockage, l’extraction, l’interrogation et l’affichage de données géoréférencées. Pourquoi un SIG ? Les capacités spécifiques d’un SIG en font un outil unique s’adressant à une très grande variété d’application. Les Systèmes d’Information Géographique donnent une dimension cartographique et spatiale aux données liées [...]

By |2018-07-19T12:28:55+00:00septembre 29th, 2014|Categories: Le patrimoine paysager et l'aménagement du territoire|0 Comments