Archives annuelles : 2015

Accueil/2015

Opération « Bocage pour tous »

Avec cette opération récurrente, le Parc naturel se place dans une dynamique de soutien et de développement à la transition écologique plus que jamais d’actualité. Mais qu’est-ce que le bocage? Le bocage est l’implantation de haies, de vergers, d’alignements d’arbres et de mares au sein d’un habitat rural et agricole. Il permet d’améliorer le patrimoine naturel et la biodiversité d’un territoire. La plantation d’arbres fruitiers hautes tiges locaux, de haies indigènes, de perches de saules, le creusement de mares et la création de plusieurs projets agroforestiers constituent à la fois des éléments majeurs du maillage écologique et une activité de diversification pour l’agriculture. Pourquoi s’investir dans l’opération « bocage pour tous » ? Prenons les haies en exemple : le plaisir de récolter quelques noisettes ou petits fruits, d’observer les oiseaux se régaler sur la viorne ou dans le sureau, de faire son vin, d’observer l’écosystème qui s’installera vite dans votre jardin, tout en vous créant un écran pérenne, esthétique et changeant au rythme des saisons, empêchant l’érosion du sol, … comment y résister ? Les vergers sont des zones d’habitats pour certaines espèces comme le Rougequeue noir ou la Chouette chevêche, …  Ils ont également l’avantage de procurer de l’ombrage au bétail (bien-être animal). Ils permettent aussi d’obtenir une qualité paysagère, grâce à la préservation du bocage. Les fruitiers ont un intérêt patrimonial.  Des variétés de fruits typiques de notre région sont ainsi conservées.  Enfin, ces arbres fruitiers ont un intérêt nutritionnel ou économique, les fruits ou leur transformation ayant un apport nutritif de qualité. Vous avez choisi de vous installer dans une zone rurale?  Chacun peut contribuer, à son échelle, à l’amélioration de l’aspect paysager de notre belle région. Quelques chiffres… Le changement est amorcé, [...]

Par |2020-06-17T15:44:46+02:00août 21st, 2015|Catégories : Le développement rural, Le patrimoine naturel|0 commentaire

Circuits Moneuse

Partez sur les traces de Moneuse grâce à 5 nouveaux circuits S'il est un personnage qui marqua les esprits dans notre région, c'est bien Antoine-Joseph Moneuse.  En effet, aucune commune du Parc Naturel des Hauts-Pays ne fut épargnée par les prétendus méfaits de ce brigand connu sous le surnom de "Capitaine des Chauffeurs du Nord".  Nous vous proposons à présent de revivre les grands moments de l'histoire à travers 5 nouveaux circuits à parcourir en famille.  Une manière de découvrir un patrimoine immatériel mais également des endroits parfois méconnus de notre territoire. Nos premiers circuits numériques Inutile de chercher du balisage sur votre chemin, il n'y en a aucun.  En effet, ces 5 balades représentent une nouveauté pour le Parc Naturel car il s'agit de nos premières balades numériques.  Grâce à l'application "Cirkwi" (disponible sur Android et IOS) et à votre smartphone équipé d'un GPS vous serez géolocalisé en permanence.  Impossible de se perdre.  Bien sûr, une carte est également disponible en téléchargement pour les personnes non équipées. Le Parc Naturel a également travaillé sur ce projet avec des partenaires locaux de premier ordre : VisitMons et la Maison du Tourisme de la Région de Mons.  Vous pouvez d'ailleurs également télécharger ces balades sur votre appareil mobile via leur application dédiée disponible gratuitement sur l'App Store et sur Google Play.   Du contenu interactif ! La véritable valeur ajoutée de ce système réside dans le fait que le circuit peut être enrichi de contenu interactif. En plus de la géolocalisation, le promeneur se voit alors proposer des points d'intérêt sur son parcours. Vous pourrez ainsi découvrir l'histoire de Moneuse [...]

Par |2019-02-13T16:41:43+01:00juin 29th, 2015|Catégories : Le développement rural, Tourisme|0 commentaire

Opération « Saule Attitude »

Le Parc Naturel des Hauts Pays lance sa deuxième opération de gestion des saules têtards ! Le saule têtard est un arbre à croissance rapide faisant partie du paysage bocager du Parc Naturel des Hauts-Pays. C’est un arbre dont on a modifié la morphologie par un étêtage et par des coupes successives des rejets à intervalles réguliers. Des opérations de recensement qualitatif et quantitatif ont été récemment menées sur l’ensemble de notre territoire. Plus de 2 000 saules têtards ont survécu chez nous aux opérations de remembrement rural et aux mutations des pratiques agricoles ! Patrimoine remarquable, ces alignements parfois plus que quarantenaires disparaîtront si des mesures de sauvegarde ne sont pas rapidement menées en procédant à une gestion concertée de la taille ! Sans intervention, le saule têtard finit par s’écarteler et dépérit irrémédiablement. Au-delà de l’aspect esthétique et des rythmes qu’ils confèrent à notre entité paysagère, les saules têtards présentent de nombreux atouts à l’heure des nouvelles normes environnementales et de qualité de vie des habitants. Réservoir de biodiversité, délimitation esthétique des parcelles de terrain, production de bois durable valorisé sous diverses formes, lutte contre l’érosion des sols, régulateur des ressources en eau, lutte contre les ravageurs de cultures, ombrage du bétail, etc. Autant d’éléments qui plaident en faveur des opérations de gestion de la taille, de lutte contre l’abattage et de replantation, que le Parc Naturel souhaite enclencher avec la participation de tous les riverains ; qu’ils soient acteurs privés ou publics. Taille et plantation  Chaque propriétaire d’alignement de saules têtards peut solliciter l’intervention du Parc Naturel. Cette dernière consistera en un financement à hauteur de 75 % du coût de la taille réalisée par un entrepreneur chevronné sur un maximum de cinq saules par [...]

Geocaching

Qu'est-ce que le Geocaching ? Le geocaching est en quelque sorte une chasse au trésor moderne.  Au lieu de partir à la recherche d'un lieu indiqué sur une carte en papier, vous troquez simplement celle-ci pour une application mobile ou un GPS.  Une fois les coordonnées enregistrées, vous voilà guidé vers la "geocache" !  Des photos, indications ou indices peuvent également vous aider sur votre chemin.  Il s'agit d'une activité ludique et orientée vers la nature qui regroupe plusieurs millions d'adeptes dans le monde.  Regardez la vidéo pour en savoir plus sur ce véritable phénomène. De quoi ai-je besoin ? Il faut savoir que le geocaching est une activité extrêmement organisée.  Un site web de portée mondiale rassemble la communauté des "geo cacheurs" et des "geo trouveurs".  Toutes les coordonnées des caches disponibles y sont visibles.  Il faut suffit de créer un compte. https://www.geocaching.com/play Une fois une cache choisie, il faut se mettre à sa recherche.  Pour cela, plusieurs options sont possibles : le GPS ou l'application mobile   Le GPS de randonnée est une valeur sûre pour la géolocalisation.   Très précis, il peut toutefois s'avérer assez cher suivant la marque choisie.  Il faut également savoir que toutes les options du geocaching ne sont pas possibles avec cet outil.  Il vous conduira au point choisi mais ne pourra pas vous fournir d' informations complémentaires comme une photo, une description ou un indice une fois sur le terrain. Pour cela, il faudra opter pour une application mobile disponible sur smartphone. À l'heure actuelle, la majorité d'entre-vous est équipée d'un smartphone.  Bonne nouvelle, sans le savoir, vous disposez de l'outil parfait pour vous lancer dans le Geocaching.  [...]

Par |2018-07-19T12:28:54+02:00juin 10th, 2015|Catégories : Tourisme|0 commentaire

projet GIHM (Gestion Intégrée de la Haine Méridionale)

Le Parc naturel des Hauts-Pays fut le premier opérateur du projet GIHM (projet européen INTERREG III) en partenariat avec Valenciennes Métropole et Hainaut Développement ASBL.  Cinq partenaires ont assisté le Parc naturel des Hauts-Pays : Ministère de la Région Walonne – Direction Générale des Ressources Naturelles et de l’Environnement Contrat de rivière du Bassin de la Trouille Société royale « Les Naturalistes de Mons et du Borinage » Phragmites A.s.b.l. Espace rural A.s.b.l. Mais qu’est que le GIHM ? Une connaissance incomplète, erronée des cours d’eau se trouve souvent à la source d’agissements nuisibles. C’est pourquoi, avant de procéder à un aménagement quelconque sur un cours d’eau, il est nécessaire d’avoir tous les éléments en main, de connaître l’ensemble des facteurs influençant le cours d’eau. Voilà le but du projet GIHM (Gestion Intégrée de la Haine Méridionale) : intégrer l’ensemble des données concernant la Haine méridionale du bassin de la Trouille au bassin de l’Hogneau-Rhônelle afin de fournir un outil de gestion adéquat aux utilisateurs et gestionnaires des cours d’eau. Les études réalisées lors de ce projet ont, entre autres choses,  permis d'être  à la base d'aménagements en vue de limiter les effets des inondations. Le projet GIHM, initié en 2001, fut un précurseur dans le domaine de la gestion des cours d’eau car il intègre la notion de gestion transfrontalière des écoulements des eaux (informations à caractère hydraulique et hydrologique), la notion de conservation et de l’augmentation de la biodiversité sur le territoire, la notion de gestion des matières extraites des cours d’eau et la prise en compte de la problématique de l’information et de la sensibilisation. Le GIHM s’inscrit dans une politique de gestion des cours d’eau, en application de la Directive-cadre (Directive [...]

Par |2018-07-19T12:28:54+02:00mars 19th, 2015|Catégories : Le patrimoine naturel|0 commentaire