Archives mensuelles : septembre 2014

Accueil/2014/septembre

Création de mares

Les zones humides sont devenues les milieux naturels les plus menacés. Considérés comme terrain inculte, beaucoup de zones humides ont été drainées ou simplement remblayées. Le Parc naturel des Hauts-Pays n'a pas échappé à cette tendance et c'est pourquoi des actions de restauration de milieux humides sont utiles. La faune et la flore liées à ces milieux font partie des plus rares. Recherchant continuellement des milieux favorables à la création de mares, nous sollicitions régulièrement les propriétaires de parcelles humides. Chaque réalisation constitue une vitrine de ce type d'aménagement utile pour l'environnement et également pour l'agriculteur qui peut y abreuver son bétail grâce à un aménagement spécifique. En 2018, l’ensemble des mares sur le territoire du Parc ont été suivies. Toutefois, une série de mares ont été créées en hiver 2018/ 2019. Un réseau de 8 mares en fond de vallée à Blaregnies a vu le jour grâce à une synergie entre agriculteurs, la société de chasse et le Parc naturel. Dans ce cadre, le Parc naturel ne finance que la location de la grue. C’est en effet la société de chasse qui s’occupe du creusement de mares. Un budget dérisoire a donc été alloué à ce projet ! En mai, une mare a été creusée en faveur des tritons crêtés par le Parc naturel sur l'ancien triangle forestier du site du Centre Provincial « le caillou » à Roisin en collaboration avec l’entreprise DUTAT. Cette mare est la suite logique de la réouverture forestière et de l’éco-pâturage par des moutons. Elle sera favorable aux batraciens et à l'entomofaune et sera gérée de manière durable par éco-pâturage. En collaboration avec la Province de Hainaut. Une brochure a été réalisée début 2018 afin de promouvoir les [...]

Par |2019-04-18T15:30:52+02:00septembre 30th, 2014|Catégories : Le patrimoine naturel|0 commentaire

Plantes invasives

Gestion Berce du Caucase Le mardi 8/05/2018 et lundi 4/06/2018, le Parc Naturel a établi une gestion des populations de berce du Caucase à la rue des fonds (Angreau) suite à l’alerte d’un riverain. Cette gestion consiste à sectionner le collet de la plante à une profondeur de +ou- 5 cm. Cette gestion est effectuée une 1ère fois le 8/05 et une seconde fois 3 semaines à un mois après afin d’éliminer le nouvelles repousses. Il faudra plusieurs années avant d’éteindre cette population (entre 20 et 100 individus), nous resterons attentif chaque année pour ne laisser aucune chance à une quelconque recrudescence de l’espèce. Gestion Balsamine de l'Himalaya Le lundi 22/06/2018 avec la collaboration du Contrat de rivière Haine et de l’ASBL « L’Appui », le Parc naturel a établi une gestion des populations de Balsamine de l’Himalaya le long de la Grande Honnelle au sein du Bois d’Angre. Cette gestion consiste en l’arrachage des plants le long des berges du cours d’eau. Cette gestion est effectuée depuis plusieurs années avec ardeur par les différents collaborateurs. Cette année nous pouvons dire que la population de balsamine de l’Himalaya est quasiment éteinte, nous resterons malgré tout attentif chaque année pour ne laisser aucune chance à une quelconque recrudescence de l’espèce.

Par |2019-04-18T15:07:28+02:00septembre 30th, 2014|Catégories : Le patrimoine naturel|0 commentaire

Le Système d’Information Géographique (SIG)

L’article 1er du Décret relatif aux parcs naturels dit : « Un parc naturel est un territoire rural, d’un haut intérêt biologique et géographique, soumis conformément au présent décret à des mesures destinées à en protéger le milieu, en harmonie avec les aspirations de la population et le développement économique et social du territoire concerné ». La protection et la gestion des milieux naturels constituent donc un élément majeur du parc naturel tout en maintenant pour les habitants un cadre de vie agréable et des activités économiques viables. Pour protéger efficacement les richesses naturelles et le cadre de vie, il faut avant tout les connaître, c’est-à-dire réaliser des inventaires. Inventaire des sites de grand intérêt biologique, mais également inventaire du patrimoine, des ressources économiques,… La quantité de données à conserver et à traiter est énorme. Seuls des moyens informatiques modernes permettent de stocker les informations de façon claire et définitive et de gérer la diversité des informations. Le Système d’Information Géographique (SIG en français, GIS en anglais) est l’outil idéal pour résoudre ce type de problème. Qu’est-ce qu’un SIG ? Un SIG est donc un outil informatique qui permet de gérer différents types de données, que l’on a placé géographiquement sur un support-carte (géoréférencement). C’est un ensemble de données repérées dans l’espace, structuré de façon à pouvoir en extraire commodément des synthèses utiles lors de la prise de décision. Le SIG constitue un système de base de données pour la saisie, le stockage, l’extraction, l’interrogation et l’affichage de données géoréférencées. Pourquoi un SIG ? Les capacités spécifiques d’un SIG en font un outil unique s’adressant à une très grande variété d’application. Les Systèmes d’Information Géographique donnent une dimension cartographique et spatiale aux données liées [...]

Par |2018-07-19T12:28:55+02:00septembre 29th, 2014|Catégories : Le patrimoine paysager et l'aménagement du territoire|0 commentaire